Menu

Des autorités locales imprégnées sur la mise en place de la Commission Vérité-Justice-Réparation-Réconciliation

...

Des autorités locales imprégnées sur la mise en place de la Commission Vérité-Justice-Réparation-Réconciliation

RJDH, 14 Mar 2016

URL: http://rjdh.org/autorites-locales-impregnees-de-mise-place-de-commission-verite-justice-reparation-reconciliation/
Des leaders de la société civile et les Maires des arrondissements de Bangui, Bimbo et Bégoua ont pris part vendredi 11 mars à Bangui à un atelier de sensibilisation sur la mise en place de la Commission Vérité-Justice-Réparation et Réconciliation.

Cet atelier est initié par le Ministère de la réconciliation avec l’appui de la Minusca dans le but d’échanger avec les participants afin de leur permettre de s’approprier sur le processus de la mise en place de cette commission.

Diane Corner, Représentante Spéciale Adjointe du Secrétaire Générale de l’ONU en Centrafrique a rappelé que lors des consultations populaires à la base et le Forum de Bangui, la population a exprimé clairement que l’impunité est à l’origine de la crise en Centrafrique.

« Cette commission comme d’autres mécanismes de la réconciliation nationale, doit nécessairement s’appuyer sur la parole des victimes et garantir leur droit à la justice et la vérité », estime Diane Corner.

Selon Diane Corner, il n’est pas question de choisir entre la paix et la justice. « La paix durable s’appuie sur la justice et le respect des droits de l’Homme », a-t-elle déclaré.

La Ministre de la Réconciliation nationale Florence Lydie Ndouba, a souligné que la volonté des Centrafricains pour la mise en place de cette Commission consistera à réprimer les actions des bourreaux sur les victimes.

« Sans aucune justice équitable et sans le processus de réparation, aucune réconciliation durable n’est envisageable », a-t-elle estimé.

Pour le membre du gouvernement, la réussite de ce processus permettra au pays de relever les défis de la lutte contre l’impunité, de la restauration de l’autorité de l’Etat, de la reconstruction, de la cohésion sociale et de la réconciliation nationale.

Des participants, dans les discussions ont relevé les points liés à la période du démarrage des enquêtes, la date butoir du lancement ainsi que la composition de cette Commission. Pour plusieurs participants, les bourreaux ne devraient pas faire partie de cette Commission.

L’idée de la mise en place de la Commission Vérité-Justice-Réparation et Réconciliation a été ressortie pendant les consultations populaires de Base et le forum de Bangui, tenue du 4 au 11 mai 2015.